Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 11:01

Brume sur le fleuve,

odeur lourde

des berges détrempées,

la page est blanche.

 

L'arbre silencieux

aime le corps de l'hiver,

tisonne les cendres du ciel.

 

Battement de paupières,

langueur de préhistoire,

toi et la neige

dans le matin.

 

Que dit le temps ?

Que dit la neige ?

 

Par l'aubier qui distille

ses joies de météores,

par ce recueil de mer

qui s'écrit à la source,

je retourne au silex de ta voix.

 

Lèvre à lèvre avec la lumière,

la page respire.

 

Au-delà de nos ruines

l'éphémère prend feu.

 

Parle bas.

 

Ecoute ce vent qui se lève

et te couche sur moi

comme une pluie d'été.

 

Ecoute.

C'est l'infini qui marche

sur la pointe des pieds.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc
commenter cet article

commentaires

Brigitte Broc 16/12/2008 13:18

La brume, enfin, s'est levée, sur un nouveau matin, sur le premier matin du monde.

Dominique 11/12/2008 19:45

J'ai revu le fleuve ei il a pris un autre sens, j'ai perçu l'odeur du silex j'ai touché les gravillons  J'écoutais ... et j'ai été entendu. J'ai vécu. J'en vis encore 

Sedna 28/11/2008 19:16

Je vous attendrai bien sûr ... et j'espère que votre plume reviendra briller dans le ciel de décembre comme un cadeau de Noël. Amitiés SED

Brigitte Broc 24/11/2008 20:58

Savez-vous, ma chère Sedna, que c'est vous qui éclairez mes textes de votre précieuse et indéfectible présence ? Soyez-en remerciée.
Comme nous avons nos petits ''rendez-vous'' réguliers, je me permets de vous dire que je dois m'absenter au moins trois bonnes semaines...et que la page risque de rester blanche tout ce temps, car je ne sais pas si j'aurai la possibilité de me connecter, d'écrire, etc...
Mais c'est avec la plus grande joie que je vous retrouverai à mon retour. Portez-vous bien, Sedna.
 
 
 
 

Sedna 23/11/2008 11:37

La page ne peut rester longtemps blanche quand  vos mots l'éclairent avec tant de talent. Amitiés poétiques. SED