Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 22:46

Nous marchions en de vastes forêts.

L'air, vibrant et doux, crissait sous nos dents et dans nos bouches gourmandes installait sa demeure.
Tapi sous les frondaisons, l'été ronronnait. A sa ceinture, quelques javelles, et un caillou, pour la soif.

Sans doute de frêles aurores nous avaient-elles précédés, abandonnant, ici et là, un soupçon d'origan.
L'écriture naissait à chacun de nos pas, soulevant la croûte de sel.

Prestance des signes aux contours affermis. Le blé a levé qui a désappris l'ivraie.
Aux meules du soleil s'affinait la pâte odorante des mots.

Il faisait clair dans chaque tige, dans chaque syllabe.

Le vantail de la nuit avait enfin cédé,libérant flûtes et cymbales.

Combien de margelles avait-elle usées, cette eau arrogante qui venait on ne savait d'où, déployant ses tessons dans le creux de nos paumes, nous forçant à la lenteur et à l'humilité ?
Jusque dans la moindre brindille se hissait la force nue.

Et l'oiseau tournait, tout là-haut, au mitan de la page.

Allions-nous lui confier nos initiales sylvestres, l'âpreté de nos mains convalescentes ?

Enjôleuse, une voix nous incitait à plus de sollicitude : " Ne jamais oublier l'ample séjour du vent, là où se font et se défont les trombes claires du sang. "

 

Et nous, de repriser, sous l'oeil attentif des fougères, les ailes délabrées, les paroles vétustes et de rendre au matin sa partition immaculée.

 

C'est ainsi que nous devrions, dans la fraîche ordonnance du tilleul, donner la parole à l'autre : à la colline qui s'impatiente, à l'arbre qui passe...au ciel qui peut s'indifférer.

Nous marchions en de vastes forêts, ébréchant, à chacun de nos pas, un peu plus de silence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc
commenter cet article

commentaires

Brigitte+Broc 02/05/2009 10:16

Et ce silence qui sourd, nous enveloppe, parfois pesant, parfois libérateur, et vos mots qui tracent un chemin, tout à côté des miens.

Sedna 01/05/2009 15:00

Et que jaillisse l'été des mots dans les sonnailles du silence.. un joli mariage entre les mots, les saisons et les sentiments. Un très beau texte, chère Brigitte.