Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 16:04

On vivait dans cette déchirure,

le coeur bruissant

et les yeux grands ouverts.

 

Il n'y avait ni lune, ni soleil,

juste un enfant

aux mille doigts d'écume.

 

Les mots se hâtaient

vers une bouche à nourrir.

On cherchait l'autre saison,

celle qui héberge

le ventre des fées.

 

Il y avait des jeux,

du linge immaculé,

et, au ras des vagues,

la réponse qui clapotait.

 

L'infini était la demeure.

 

Le matin,

qui n'en finissait plus d'être matin,

colportait ses mouettes,

ses baquets d'eau studieuse.

 

Le vert était notre seul lien.

 

Le vert qui pulse,

le vert qui ouvre et s'ébruite,

le vert qui dégouline,

qui éclate en bouquets et restitue.

 

Le vert.

 

Et on n'avait plus peur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc - dans fileusedelune
commenter cet article

commentaires

Eolina 22/09/2007 23:40

Un petit bonjour d'une autre fileuse de lune. J'ai fait une erreur dans mon lien et ne soyez pas surprise si on vous (te) prend pour moi...  Moi, c'est  .net et toi c'est .com ... Mais je suis enchantée par la découverte de ton blog. Belle  sensiblité.  Et désolée pour l'erreur mais elle va t'apporter des visiteurs, c'est super...A bientôt, je reviendrai lire plus en détail

Brigitte Broc 18/09/2007 19:03

Absolument, Brigitte, ...."juste pour exister mieux" ....

brigitte de beaupuy 16/09/2007 22:39

Et la demeure,l'infini...
On vivait dans cette certitude,il n'y avait ni jour ,ni nuit,les pensées frappaient à la porte du rêve,il y avait l'insouciance,et le vert du rendez vous et de l'audace,sans appréhension,juste pour exister mieux...

colette 13/09/2007 16:55

Je te remercie de ton commentaire, belle image cet "enfant aux mille doigt d'écume" !

Brigitte Broc 12/09/2007 19:52

Merci d'être passées me voir, Sedna et Ile...