Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 19:12

On marche dans le ciel.

 

Entends-tu les myosotis

qui s'entrechoquent

et toute cette lumière

qui neige sur nos nuques ?

 

Au milieu du tapage

de tièdes naseaux palpitent.

 

Flancs puissants

moulés dans la nuit,

chevelure ébouriffée de lunes,

il bouscule les fleuves

et les rives, séduites,

deviennent pistes d'envol,

marges griffonnées

de sabots et de crins.

 

Il dort dans les grands roseaux

salés, habite les nuées,

l'écume et les secrets printaniers.

 

Cuir tanné

par les mains du couchant,

il avoue ses fastes, ses ors,

ses frasques et ses ailes

surtout

qui disent les lointains.

 

Nul ne peut l'empêcher d'être.

 

Entends-tu ce mot illisible

et la note bleue

qui vibre encore longtemps

quand le soir éteint ses oiseaux ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc - dans fileusedelune
commenter cet article

commentaires

Brigitte Broc 08/10/2007 18:22

Comme j'aime, moi aussi, vous lire et mettre mes pas dans vos traces...ressentir cette harmonie qui relie vos mots aux miens ! Comme vous trois, je pense, je suis épicurienne et du même avis qu'Adeline : ce serait super de pouvoir faire des ''pique-nique'' virtuels ou carrément des repas gastronomiques...?!...pas si virtuels que ça ! A bientôt les filles.

Sedna 07/10/2007 18:32

J'entends la nuit s'avancer. Elle porte en elle tous nos rêves. Ce ciel dont les cils de lumière sont les étoiles nous rassure parfois, nous fait peur aussi mais il fait partie de nous et ceux qui y dorment veillent sur nos pas.. 

adeline 06/10/2007 14:22

un petit tour en déroulant une pelote de lune douce. et comme pour  Colette je vois que nous avons  quelques liens en commun  d'autant que je suis une ancienne de francopolis et que j'y ai gardé des amis
je vois que l'amie lutin est passée par ici, une de plus ah si on pouvait faire des pique-nique virtuels !
moi aussi j'aime votre style 
 

lutin 05/10/2007 22:02

"On marche dans le ciel"
Ces mots me parlent, tout simplement, le ciel est chargé de ceux qui nous manquent, oui je les vois marcher pour nous suivre, ne pas nous perdre de vue,  savoir, oui ils veulent savoir.
J'aime vous lire.