Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 17:14

Tu prends ton envol sur la page vierge.

Dans la marge,

quelques galets te parlent de la mer.

 

Entre deux gros carreaux,

une frange d'écume.

 

Tu voudrais frôler le velours des contes,

entendre le ciel crisser sous tes pas.

 

Baigné de phrases,

tu es artisan de l'aurore,

rincé de ta tristesse.

 

Pourquoi faire escale ?

 

Toujours l'aube, et la parole nue.

Des ruches du soleil dégoulinent les siècles.

 

La Beauté se pavane, grandeur nature,

dans un froissement d'ailes.

 

La fleur papillon, dans une ronde hallucinée,

tournoie sur l'esplanade du coeur.

 

Il fait chaud dans chaque atome.

 

Croissance des pétales, du sang.

 

A la surface, juste un clapotis.

Semence de vent qui goutte du poème.

 

Le jour s'en est allé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc
commenter cet article

commentaires

Broc 10/10/2013 09:45


Moi aussi, heureuse de vous retrouver, Sedna ! Le temps a passé extrêmement vite et je ne m'étais pas rendu compte que j'avais passé six mois sans mettre aucun texte sur mon blog. Désormais, je
serai plus "vigilante".

Sedna 08/10/2013 10:19


Heureuse de retrouver votre talentueuse plume dans la légèreté du jour