Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 11:52

Ne cède pas,

mon en-allée,

à l'obscurité rôdeuse

qui veut tout avaler,

 

ne cède pas

la neige frileuse

de tes versants.

 

La rumeur des pierres

t'invite à rebâtir une maison

pour poser ta fatigue

et préparer l'offrande.

 

Lentement,

tes gestes se dénouent,

réapprennent l'envol,

remodèlent l'indicible.

 

Complice,

la pluie témoigne

de l'opiniâtreté de tes eaux,

et j'y baigne mes mots,

et j'y baigne mon sang.

 

Saurai-je me glisser à temps

sous la nuit immobile,

sous la nuit messagère,

faire mienne sa patience

pour mieux t'approcher ?

 

Toucher d'hirondelles,

haleine mouillée des verveines,

 

quelque chose s'envole

qui blessait l'horizon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc
commenter cet article

commentaires

Fabien 07/03/2013 11:06


Complice et opiniâtre, la pluie ne cesse de nous témoigner son attachement..


L'attente serait moins douce sans ces lignes !

Broc 03/03/2013 18:29


Merci, Sedna. C'est dommage que vous soyez si loin, j'aurais aimé partager ce Printemps des Poètes avec vous.

Sedna 02/03/2013 18:20


Une note d'espoir en cette fin d'hiver bien terne.. je vous souhaite un joyeux printemps des poètes

Broc 01/03/2013 12:10


C'est la même chose qui se passe, Pascal, avec tes photos...

Mari-Roza et Pascal 28/02/2013 09:45


Il est un plaisir qui jamais ne cède ni ne s'envole : celui de poser le regard sur tes mots et de s'y attarder un moment...