Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 13:00

L'été longe ses haies vives,

pique un verger au revers de sa veste.

Dans ses cheveux,

un pré s'est endormi.

Le moineau, tout surpris, 

y cherche ses petits.

 

Sous l'enclume du ciel

jaillissent des rousseurs,

arrosant, de leur jus,

le dos des chemins.

 

Barbouillés de résine,

pris en flagrant délit

de chahut fastueux,

les pins rattrapent les oiseaux

qu'ils avaient lancés trop loin.

 

Le clapotis de leurs aiguilles

invoque la mer

qui, là-bas,rutile et patauge,

enfant doré dans les flaques vermeilles.

 

Toi, je ne te connais pas encore.

 

Mais, déjà, à l'angle de mon corps et de la terre,

s'épaissit comme un double de moi,

une autre ombre,

légère et lumineuse.

 

Une autre ombre

que je pourrai bientôt franchir,

qui accueillera ma veille et mon repos.

 

Prophétique,

l'air rassemble nos deux souffles,

tisse dans nos gestes

des tuniques solaires,

avant, bien avant la Rencontre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc
commenter cet article

commentaires

Broc 26/06/2014 12:44


Il ne faut pas s'inquiéter, Sedna ! Cet autre moi n'a rien de mauvais...bien au contraire.


Je profite de ce message pour vous souhaiter un bel été.

Sedna 21/06/2014 08:38


J'aime beaucoup les premières strophes où resplendissent les étincelles chaudes de l'été. Ensuite, cet autre moi m'inquiète un peu..