Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 10:33

Les vieux jardins ignorent l'éloquence.

Pour partir en voyage
ils enterrent les reproches,
les recouvrent de cendres.

La nuit part devant,
sans amer,
sans ancrage.

Quand la tourbe se creuse,
pubis de mousses et d'héliotropes,

que dire des orages

qui voulaient faire escale

et immolent, soudain,

un peu de leur violence ?

 

Les pierres atrophiées

dans des gorges trop sèches,

les branches taciturnes

sur les corps qui s'esquivent,

les vocables, décousus,

qui pendent, en lambeaux,

les fissures, les gerçures,

les craquelures, les ratures,

les boursouflures,

 

comment défriper les bouches qui se tordent ?

Las et touffus,
ils s'appuient à l'épaule
d'une brûlure,
d'une femme.

Dans le miroir jauni
refleurit une brèche.

Le mensonge s'efface,
le gouffre est contourné.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc
commenter cet article

commentaires

Brigitte Broc 06/03/2009 15:11

Pardon, Sedna, de ne pas vous avoir répondu plus tôt. Je vous souhaite un magnifique Printemps des Poètes. Amitiés.

Sedna 01/03/2009 11:53

Que la brèche s'élargisse pour laisser entrer le printemps dans les jardins du coeur. Amitiés SED