Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 15:23

Comment se pencher
sur la fragilité de ton eau,
sur tes terres
à présent déshabillées ?

Martèlement de ton sang
à mes tempes,
crue de tes mots
si longtemps retenus.

Est nécessaire
la patience de l'arbre
qui pousse, seul,
dans la maison ouverte,
accueillant dans ses branches
tous les oiseaux perdus.

 

Tu marches sous d'amples frondaisons,

reliée au coeur des blés verts,

délivrée de l'enracinement.

 

Tu suis la piste de santal

qui mène à la Rencontre.

 

Condamnée, vivante,

à mâcher nuit et jour du silence,

tu avances, désormais,
une parole devant l'autre
et le chemin exulte !

Tes gestes d'été
ont depuis longtemps
rompu le pain amer
sur les autels nocturnes,
proférant sources et sèves solaires.

Souffle imperceptible,
suavité de l'encens,
les pierres, mises à nu,
prennent feu du Mystère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Brigitte Broc
commenter cet article

commentaires

dan 03/07/2009 23:43

juste cette phrase de Blanchot dans l'attente et l'oubl" Lorsque tu affirmes, tu interroges encore."



 


 



Brigitte+Broc 11/06/2009 21:01

Merci de votre passage, Sedna.

Sedna 06/06/2009 17:00

Très bel hommage. SED