Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Fileuse de lune
  • Fileuse de lune
  • : Cueillir une parole, rouge ou ténue, violente ou fragile, comme on cueille un visage, le soir, au bord de l'amour
  • Contact

Pensées d'auteurs

Sera comblé celui pour qui l'espace ne sera pas dehors. Guillevic

Ton devoir réel est de sauver ton rêve. Amadéo Modigliani

J'en appelle à la beauté qui sera front d'espoir. Abdellatif Laabi

Lorsque je suis le plus profondément moi-même, je rejoins une communauté oubliée. Eugène Ionesco

L'histoire de notre vie fut aussi ce murmure furieux qu'on oublie à la croisée de l'arbre et du fleuve. Luis Mizon

L'innocence est plus forte que le mal. (?)

Je mangerai la terre et les racines, j'avancerai sur le ventre, lombric humain. J'ai une telle faim des éléments du simple. Daniel Biga

On ne naît pas homme, on le devient. Erasme

Pour maintenir à bout de bras cette contrée de nuit où le chemin se perd, à bout de forces, une parole nue. Jacques Dupin

Quel que soit ce que vous devez faire ou rêvez de faire, commencez-le... L'audace contient du génie, du pouvoir et de la magie. Goethe

J'ai voulu sortir pour voir ce qu'étaient devenus l'air et le ciel dès l'instant où un poète avait nommé un autre poète. Boris Pasternak à propos de Marina Tsvetäeva

Archives

Articles Récents

Catégories

30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:47

Je serai heureuse de vous accueillir les 3, 4 et 5 octobre au Festival du Livre de Mouans-Sartoux sur mon stand n°40 à l'espace B

Published by Brigitte Broc
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:30

Quelques cailloux à la joue du rêve

initient un chemin.


Sautillement d'oiseaux

entre nos deux visages,

palabres des gentianes

aux lèvres carminées


quand, derrière la haie,

le soir couche le vent

 

quand, derrière ton nom,

s'élève un chêne vert.

 

Au coeur de l'hiver

débroussailler les heures

et retenir des friches

leur patience gris-bleu.

 

Déterrer sous la croûte durcie

un reste de jour,

un morceau de saison.

 

Les rainures du temps

laissent glisser le ciel.

 

Frêle esquif ?

Voyage futile ?

 

Si peu de couleurs s'apprêtent à embarquer.

 

Et pourtant,

il suffirait d'un rien

pour les accorder.

 

De quelques notes de jasmin

quand les mains de l'orante

ne sont plus que deux ailes,

deux ailes de gaze,

fines et légères.

 


Published by Brigitte Broc
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 13:00

L'été longe ses haies vives,

pique un verger au revers de sa veste.

Dans ses cheveux,

un pré s'est endormi.

Le moineau, tout surpris, 

y cherche ses petits.

 

Sous l'enclume du ciel

jaillissent des rousseurs,

arrosant, de leur jus,

le dos des chemins.

 

Barbouillés de résine,

pris en flagrant délit

de chahut fastueux,

les pins rattrapent les oiseaux

qu'ils avaient lancés trop loin.

 

Le clapotis de leurs aiguilles

invoque la mer

qui, là-bas,rutile et patauge,

enfant doré dans les flaques vermeilles.

 

Toi, je ne te connais pas encore.

 

Mais, déjà, à l'angle de mon corps et de la terre,

s'épaissit comme un double de moi,

une autre ombre,

légère et lumineuse.

 

Une autre ombre

que je pourrai bientôt franchir,

qui accueillera ma veille et mon repos.

 

Prophétique,

l'air rassemble nos deux souffles,

tisse dans nos gestes

des tuniques solaires,

avant, bien avant la Rencontre.

Published by Brigitte Broc
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 12:08

Saison inconnue.

 

La tache claire du ciel

cueilli après la pluie,

la passementerie des mousses

où rôde la chair comblée.

 

Brûle la résine

dans les grottes amères,

la nuit écartelée

glisse sur nos lèvres.

 

On dirait un regard

qui allume la neige,

gîte sous les ailes

et voit ce qui s'est tu.

 

La pomme, déjà,

palpite dans les plis sombres de l'écorce.

 

Je sais que tu m'attends.

Published by Brigitte Broc
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 12:02

Je serai heureuse de vous retrouver le jeudi 20 mars à 18h30 au musée Bonnard, 16 Boulevard Sadi Carnot, Le Cannet, pour un récital poétique et musical avec Emeline Chatelin, harpiste.

Pensez à réserver au 04 92 18 24 43/47

Published by Brigitte Broc
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 18:31

L’aube était lisse. Lisse et fruitée.

Nos corps s’y enfonçaient, jusqu’à la taille, et nos fronts insoumis parlaient d’aubépine et de soie sauvage.


A l’orée de nos pas s’élevaient des portiques où des bancs familiers accueillaient nos palabres.

 

Nous composions des odes, des sonnets, les étendions, ruisselants, à même l’herbe drue et nos barques glissaient sur le miroir du vent.

 

Ces heures fraîches au goût de narcisses coupés étaient là, posées sur nos genoux, à chaque fois que nous le demandions.

 

Et nous restions assises, longtemps, à regarder couler au loin les eaux mauves du ciel, espérant une terre où déposer nos voix.

Une terre à humer, une terre à pétrir, une terre à étreindre avec ses brasiers, ses fossés, ses pierres désarticulées pour assouplir notre sang, trouver un amant.

 

Aux tables de granit s’arrimait la gentiane et son calice bleu absolvait les oiseaux.

 

Au coeur de chaque pierre, s'enroulaient les coquilles, crépitantes de sel, la mer allait, venait, nous y baignions nos corps dégoulinants de nacre.


Et la lune s’associait à la ronde, ébouriffée, des souches, des matrices, de nos tailles immatures.


Nous descendions les marches menant à la savane où le vent, rouge de notre ardeur, arrondissait nos hanches, piétinant le sol pour extraire nos chants.

 

Rythmes lancinants à l’avant-goût de pluie, mélopées d’orties blanches, peau du ciel ivre et chaude.

 

Drapées d’écorces souples, nous devancions les racines.

A l’adret de nos voix poussaient des lentisques, un couple de colombes.

 

 

 

L'aube était lisse. Lisse et fruitée.

 

 

 

Nos corps s’y enfonçaient, jusqu’à la taille, et nos fronts légers parlaient d’infini et de fruits à mûrir.

 

 

Published by Brigitte Broc
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 18:58

 

 

Je  vous souhaite une très belle année 2014  !

 


Un ami m'a adressé ce poème de Jean Malrieu, au seuil de l'an nouveau, et je vous l'offre à mon tour :

 

Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté,
Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel,
Je t’en prie,
Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent,
Sois celui qui marche sur la mer.
Donne-nous l’orage de demain.

 

Les hommes meurent sans connaître la joie.
Les pierres au gré des routes attendent la lévitation.

 

Si le bonheur n’est pas au monde nous partirons à sa rencontre.
Nous avons pour l’apprivoiser les merveilleux manteaux de l’incendie.

Si ta vie s’endort,
risque-la.

 

 

 

 


 


Published by Brigitte Broc
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 09:00

Quelle que soit la courbe du talus,

le vent a des gestes sûrs

quand il verse dans nos bras

les embruns de sa voix,

les pistils, les questions,

les lichens, les cailloux,

 

sans parler de l'exil

qui remâche ses ronces.

 

Sur nos pas qui festonnent

des bulles et des nuages,

nos efforts d'éternité

assemblent les récits

endormis sous la glaise.

 

Même en marchant

sur les toits et les eaux,

cet air brun

qu'on n'entend pas

ressasse des secrets.

 

Il a appris des arbres

le vol délicat

des premiers étés.

 

Il s'assoupit souvent

en déchiffrant les mûres.

 

En d'innombrables trous

respire le langage.

 

Il fredonne et se hisse,

il fait et défait,

défait et refait,

 

mais toujours il se réjouit

de déborder,

d'être debout.

Published by Brigitte Broc
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 11:27

Je vous propose de me retrouver vendredi 18 octobre à partrir de 18h à la médiathèque de St Raphaël, Place Gabriel Péri.

 

A l'occasion du vernissage d'Henri Baviera, je fais une lecture de textes de notre recueil qui vient de paraître "Bienveillance des sources" et de textes inédits. Béatrice Guiffray, violoniste et flûtiste, m'accompagnera.

 

 

Published by Brigitte Broc
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 17:14

Tu prends ton envol sur la page vierge.

Dans la marge,

quelques galets te parlent de la mer.

 

Entre deux gros carreaux,

une frange d'écume.

 

Tu voudrais frôler le velours des contes,

entendre le ciel crisser sous tes pas.

 

Baigné de phrases,

tu es artisan de l'aurore,

rincé de ta tristesse.

 

Pourquoi faire escale ?

 

Toujours l'aube, et la parole nue.

Des ruches du soleil dégoulinent les siècles.

 

La Beauté se pavane, grandeur nature,

dans un froissement d'ailes.

 

La fleur papillon, dans une ronde hallucinée,

tournoie sur l'esplanade du coeur.

 

Il fait chaud dans chaque atome.

 

Croissance des pétales, du sang.

 

A la surface, juste un clapotis.

Semence de vent qui goutte du poème.

 

Le jour s'en est allé.

Published by Brigitte Broc
commenter cet article